Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Umberto Rinaldi, Il parlato ignoto. Saggio sulla fonologia diacronica del Greco

Padoue, 2005, 280 p.
Bernard Jacquinod
p. 45-48
Référence(s) :

Umberto Rinaldi, Il parlato ignoto. Saggio sulla fonologia diacronica del Greco, Padoue, 2005, 280 p.

Texte intégral

1Le point de départ d’U. Rinaldi est qu’il est impossible d’accéder à la phonologie d’une langue morte à partir du moment où, par définition, nous ne disposons que de textes écrits. C’est ce qu’il affirme en introduction et qu’il reprend en conclusion (par ex. p. 35 « la fonologia è per definizione una scienza delle lingua parlata » ou p. 213 « l’orthografia del vocalismo greco non era né fonetica né fonologica »). D’où le titre : Il parlato ignoto. Dans cette logique, il récuse les données comparatives anciennes pour tenter une approche. Il ne cherche pas à évaluer dans quelle mesure on pourrait, malgré l’absence de locuteurs, former des hypothèses ayant quelque consistance phonétique ou phonologique, ce qu’on peut regretter. Il se livre à une attaque en règle contre les résultats de la grammaire comparée (p. 36-46), qui travaille sur des langues mortes et sur des textes qui ne représentent même pas la langue parlée de leur époque ; tout système graphique résulte d’une convention.

2Le corps de l’ouvrage est constitué de deux parties regroupées sous le titre « Les lettres et les sons », qui étudient respectivement les occlusives (p. 48-91), puis le vocalisme (p. 92-209), la partie la plus longue.

3La partie consacrée aux occlusives commence, malgré toutes les critiques antérieures, par un tableau avec valeur phonétique et phonologique des signes graphiques pour ce groupe. Sont passés en revue leurs variations graphiques dans les inscriptions à partir du grec classique et dans les dialectes néo-helléniques. L’A. y ajoute une description des mêmes faits dans les papyrus égyptiens (p. 74-85) qui posent le problème du substrat copte, notamment avec parfois la réduction à deux modes articulatoires au lieu de trois. U. Rinaldo refuse cette influence de l’égyptien, les faits pouvant selon lui s’expliquer à l’intérieur du grec parlé. Cette partie se clôt par un résumé des évolutions phonétiques constatées (la nasale sonorise l’occlusive suivante, la sonore a deux réalisations : une occlusive et une fricative, etc.) et une synthèse phonologique avec un tableau qui présente les archiphonèmes /K/, /T/ et /P/ et leurs diverses réalisations. L’A. propose de réduire les occlusives à une seule série en grec-néo-hellénique. Cela suppose une seule réalisation dans la langue parlée pour des paires minimales comme πόνος et φόνος.

4Pour le système vocalique, l’A. oppose en introduction les conceptions de Theodorsson et de Threatte qu’il utilise, bien sûr, mais qu’il renvoie dos à dos en leur reprochant de vouloir faire de la phonologie à partir de la seule graphie (p. 96-99). Mais, et c’est bien naturel, il leur emprunte une grande partie des exemples qu’il étudie. Après avoir affirmé que l’orthographe du grec ancien n’est pas phonologique, il rappelle le système vocalique du néo-grec, qui est réduit à cinq éléments vocaliques, et qui doit être tenu pour sûr alors que Rinaldi considère comme purement théorique le système beaucoup plus riche proposé pour le grec protohistorique, qu’il considère comme imaginé à partir de la comparaison indo-européenne. Autre position importante adoptée par l’A. : l’introduction du H et du Ω (alphabet milésien) est due en premier lieu à la volonté de noter des voyelles intermédiaires ouvertes, la longueur étant secondaire (p. 105). Pour le grec classique, le tableau phonologique est provisoirement celui de la tradition. Pour les voyelles, l’A. rejette les papyrus dont il acceptait l’étude pour les consonnes parce qu’ils sont tardifs et au nom du substrat copte dont il rejetait l’influence pour les consonnes : « Possiamo ovviamente scartare i papiri : sono documenti tardi, noti per una certa propensione al caos ortografico e sono prodotti in Egitto, area nella quale poteva pesantement agire l’influsso del sostrato » (p. 115). Mais ce chaos orthographique, il le retrouve dans les inscritions en terre grecque proprement dite, et ce, dès le premier exemple de variations étudiées, celui du pluriel des noms en -ευς, qui présentent cinq graphies différentes (p. 119-121). Puis l’A. passe en revue toutes les variations concernant les voyelles en mêlant constamment aux inscritiptions les références aux textes homériques. En effet, pour lui, « le varianti epigraphiche e poetiche hanno una storia comune. » (p. 124). Le livre se transforme alors pour une bonne part en une entreprise d’explications des variantes homériques. C’est là le point le plus original de ce travail. L’A. considère que les variations graphiques des inscriptions viennent des variations dans les textes poétiques : « Ne deriva che il primum è il testo poetico, che quale variante più prestigiosa influisce sulla prassi orthografica quotidiana. » (p. 124).

5Les anciens Grecs auraient disposé de variantes graphiques fournies par les textes poétiques et en auraient usé librement. L’idée d’un standard graphique est un mythe, comme est un mythe l’idée d’une adaptation phonétique ou phonologique de la graphie à la langue (p. 213). Dès lors, les variantes dans les textes épigraphiques se trouvent largement déconnectées des problèmes de prononciation de leur époque et de leur auteur. Il n’est donc pas légitime de suppposer une correspondance entre un graphème et un morphème. Ainsi, après avoir étudié les variations <ει> /<η>, l’A. conclut-il : « L’uso nel complesso disinvolto sia di <η>, sia di <ει> conferma che nella grande maggioranza dei casi abbiamo probabilmente a che fare con il medesimo fonema, anche se non si può escludere, proprio per l’ambiguità intrinseca del sistema grafico, che qualche scrivente usasse « η » per indicare un timbro ‘e’ ed <ει> per indicare un timbro ‘i’, ma non è certo dalla grafia usita che si possono ricavare informazioni precise » (p. 131). Pour l’A., une graphie <ει> note aussi bien [i :] que [e :] et une graphie <ου> aussi bien [o :] que [u :] (p. 183). On trouve à plusieurs reprises l’idée que la longueur plus que le timbre justifie la graphie (voir par ex. p. 229). De façon générale, l’auteur nie toute relation univoque entre un graphème et un phonème : « Ciò significa che lo stesso grafema poteva rappresentare fonemi diversi, e lo stesso fonema poteva comparire sotto grafemi diversi » (p. 142). La plupart du temps, nous ne pouvons pas lire avec une exactitude phonique un texte en grec ancien.

6La copieuse conclusion (p. 213-255) est plus qu’une reprise des idées essentielles de l’ouvrage : il y aborde de nombreux points qui ne figurent pas dans le corps de l’ouvrage.

7L’ouvrage est bien documenté, même si tout semble de seconde main. Il est très sain de tout remettre en cause et de ne pas s’en tenir à une illusoire prononciation standard qui serait universellement respectée. Toutes les questions sont posées avec acuïté, par exemple les diverses prononciations de <oi> (p. 196 et sqq). Mais la méthode est parfois inquiétante. Pour nous, une faute d’orthographe révèle un manque de culture. U. Rinaldi voudrait nous persuader que chez les anciens Grecs, c’est souvent au contraire une marque propre à leur culture, le résultat d’une grande intimité avec les textes homériques. Il s’ensuit que la notion de faute disparaît. Est-ce légitime ? Il manque alors des statistiques pour juger de la valeur de telle ou telle variante. Est-il légitime de prendre en considération quatre exemples de <αι> noté <ε> au Ve s. a.C. en attique (p. 168) ? Ensuite, les variantes proposées appartiennent à divers dialectes. Est-on sûr que le système phonologique de tous les dialectes soit le même ? Plus généralement, est-il possible de rejeter en théorie à la fois les résultats de la reconstruction historique et la valeur phonétique de toutes les graphies ? En réalité, l’A. est bien obligé de supposer une forme phonique standard aux mots étudiés. Mais il faut souligner que Rinaldi doute lui-même de ses hyptohèses, notamment sur le système vocalique où il ne retient comme sûr que l’ancieneté de nombre d’évolutions (p. 214). Sa distance vis-à-vis de ses hypothèses est de très bon aloi : « Il resultato finale è costituito da una serie di considerazioni che nella più felice delle ipotesi potrebbero servire come appunti preliminari per una futura fonologia storica della lingua greca » (p. 6). Et ce livre, venant après Theodorsson et Threatte, est un passage en revue commode des variantes graphiques.

8La bibliographie est abondante et contient tant des ouvrages classiques sur le sujet que des ouvrages récents, notamment en dehors du domaine indo-européen. On s’étonnera donc que dans un livre de phonologie diachronique du grec soit cité le Traité de phonétique de Lejeune de 1947 et non sa refonte de 1972 avec incorporation des données mycéniennes. D’ailleurs le mycénien est le parent pauvre tant dans le texte que dans la bibliographie. Il semble n’être connu que très indirectement, comme les textes en syllabaire chypriote, ainsi qu’en témoignent les notes de la p. 162. A ce propos, on s’étonne que l’A. se demande pourquoi les datifs mycéniens notés –e-i (*<-e-si>), qui pour lui se terminent par une diphtongue, ne sont pas passés à une longue (p. 113), et semble ignorer la position traditionnelle qui les considèrent comme des finales disyllabiques (-e-hi), après affaiblissement du –s- intervocalique en une consonne aspirée. Et il semble difficile de voir derrière la graphie –o-jo une prononciation [o :o] (p. 190). On s’étonnera aussi que dans un livre sur le grec ancien soit cité le Dictionnaire étymologique de la langue latine d’Ernout-Meillet, mais non le dictionnaire correspondant de Chantraine pour la langue grecque (pas plus que le Frisk d’ailleurs).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Jacquinod, « Umberto Rinaldi, Il parlato ignoto. Saggio sulla fonologia diacronica del Greco », Syntaktika, 42 | 2012, 45-48.

Référence électronique

Bernard Jacquinod, « Umberto Rinaldi, Il parlato ignoto. Saggio sulla fonologia diacronica del Greco », Syntaktika [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://syntaktika.revues.org/84

Haut de page

Auteur

Bernard Jacquinod

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo HisoMa-Jean Palerme
  • Logo HiSoMa
  • Revues.org