Skip to navigation – Site map

Full text

  • 1 N. Richardson, The Iliad: A Commentary (Vol. VI). Cambridge: Cambridge University Press, 1993.

1Il apparaît que le commentaire de N. Richardson1 sur ce vers est insuffisant. Il est important de se référer également à l’article de T. G. Barnes, « Homeric ἀνδροτῆτα καὶ ἥβην », JHS 131, 2011, p. 1-13.

2Il y a deux exemples de la « formule » (T. G. Barnes dit « l'expression », mais je crois que l'on peut parler d'une formule rare) ἀνδροτῆτα καὶ ἥβην : Il. 16. 857 = 22. 363 (les deux vers évoquent respectivement la mort de Patrocle et la mort d'Hector). On peut y ajouter notre passage ἀνδροτῆτά τε καὶ μένος. Ces vers sont les seuls où l'on trouve ce mot ἀνδροτῆτά.

3Soit les vers 16. 857 et 22. 263 :

 ὃν πότμον γοόωσα λιποῦσ᾽ ἀνδροτῆτα καὶ ἥβην

La scansion est :     _    _  / _    ˘  ˘ / _ ˘   ˘  / _    ?      ˘/  ­_   ˘    ˘ /  _  _

4C’est-à-dire que ἀνδρ- doit être compté comme bref. Le problème est le même pour le vers 24. 6.

5_        _  / _    ˇ  ˇ/ _  ?   ˇ / _   ˇ   ˇ/ _   ˇ   ˇ/ _   _

6On trouve parfois dans les manuscrits la variante ἀδροτῆτα où l'alpha est scandé bref. Les spécialistes d’Homère ont souvent vu là une forme très archaïque, avec vocalisation de r  entre voyelles, comparable au sanskrit védique anrtata.

  • 2 C. J. Ruijgh, « D’Homère aux origines proto-mycéniennes de la tradition épique », dans Jan Paul Cri (...)
  • 3  J. Latacz,, Homers Ilias. Gesamtkommentar, I/2 (Erster Gesang, Kommentar), Munich-Leipzig, Saur, 2 (...)

7Cela implique que l'on place la composition de l'hexamètre à date très précoce, avant 1500 av. J.-C, comme l'a supposé C. J. Ruijgh en 19952 , suivi aussi par J. Latacz3 dans la version la plus forte de cette thèse. Mais une version plus faible pose des problèmes de chronologie phonétique.

  • 4 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Die Ilias und Homer, Berlin : Weidmannsche Buchhandlung, 1920.
  • 5 Cf aussi plus récemment J. Burgess, The Tradition of the Trojan War in Homer and the Epic Cycle, Ba (...)

8T. G. Barnes dans son article examine le parallélisme des deux morts de Patrocle et d'Hector (j'ai aussi mis cela en évidence  dans un article publié en 2003) pour conclure à la forte valeur esthétique et émotive du parallèle, en reprenant les conclusions de U. von Wilamowitz4 , mais en utilisant les idées des néoanalystes : selon eux, il s’agirait à l’origine de la mort d'Achille, présente dans une ancienne version du Cycle épique et reprise dans l'Aithiopis5 .

9Un autre parallèle est cité à l'appui de cette hypothèse, celui des vers 772-776 du chant XVI de l’Iliade et 36-40 du chant XXIV de l’Odyssée, en particulier le vers  κεῖτο μέγας μεγαλωστί, λελασμένος ἱπποσυνάων (Il. 16. 776 = Od. 24. 40 avec κεῖσο au lieu de κεῖτο).

10Les vers de l'Odyssée sont adressés par Ulysse à l'ombre d'Achille dans la « seconde Nekuia », alors qu'il s'agit de Patrocle mort dans l’Iliade.

11L'expression ἀνδροτῆτα καὶ ἥβην remonterait donc à un récit ancien de la mort d'Achille.

12L'auteur examine ensuite les problèmes formels que pose le mot ἀνδροτῆτα :

13On constate un modèle de dérivation inusuel  (-τῆτ- s’appliquant normalement sur des thèmes d'adjectifs, en grec, mais aussi dans les parallèles indo-européens), ainsi qu'un problème métrique et phonétique.

  • 6 P. Chantraine, Grammaire Homérique : phonétique et morphologie, Paris : Klincksieck, 1988 [1958], p (...)
  • 7 J. Wackernagel, Sprachliche untersuchungen zu Homer, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1916

14P. Chantraine6 semble avoir pensé que le mot se comportait comme νύξ ἀβρότη (question de la vocalisation des nasales voyelles). J. Wackernagel7 semble être le premier à avoir formulé le problème, sans l’aborder nettement du point de vue métrique.

  • 8 E. Tichy, « Hom. ἀνδροτῆτα und die Vorgeschichte des dactylischen Hexameteres », Glotta 59, p. 28-6 (...)
  • 9 N. Berg, « Parergon metricum : Der Ursprung des griechischen Hexameters. », MSS 37, p. 11-36, 1978.

15E. Tichy a reposé le problème dans son article de 19818 , faisant référence aux origines de l'hexamètre grec selon N. Berg9, et il émet l’hypothèse de la déformation d'une ancienne formule *ἀμβροτῆτα καὶ ἥβην.

16Les parallèles avestiques cités permettent non seulement de penser que la formule remonte à un même modèle indo-européen. signifiant à peu près « l'immortalité (le fait de ne pas mourir) et la vitalité ». On trouve aussi un parallèle dans une prière à Mars attestée dans le De agricultura de Caton. Ce qui permet de reconstruire un contexte d'énonciation, celui d’une prière traditionnelle, *μὴ λίποιμ᾽  ἀμβροτῆτα μηδὲ ἥβην.

17En ce qui concerne le cas particulier de Il. 24. 6, E. Tichy a montré de manière convaincante que ἀνδροτῆτά τε καὶ μένος ἠύ peut s'expliquer à partir de la formule précédente en reconstruisant * ἀμβροτῆτά τε καὶ μένος ἠύ. Mais il existe aussi un parallèle avestique à cette dernière forme μένος ἠύ, qui est vohu manah- : comme dans le cas de la formule grecque κλέος ἄφθιτον, on a une expression dérivable synchroniquement à l'intérieur de la diction épique, mais en même temps clairement héritée. Cela ouvre une réflexion sur un sujet totalement différent : après sa mort, la tradition mythologique veut qu'Héraclès ait obtenu en même temps l'immortalité et Hèbè. La formule homérique serait donc originellement un vœu d’immortalité, utilisée d’abord dans le cadre de la mort d’Achille, puis pour les morts des autres héros Patrocle et Hector, qui lui sont bien sûr intimement liées.

18 

Top of page

Notes

1 N. Richardson, The Iliad: A Commentary (Vol. VI). Cambridge: Cambridge University Press, 1993.

2 C. J. Ruijgh, « D’Homère aux origines proto-mycéniennes de la tradition épique », dans Jan Paul Crielaard (éd.), Homeric Questions. Essays in Philology, Ancient History and Archaeology, including the Papers of a Conference Organized by the Netherlands Institute at Athens (15 May 1993), Amsterdam : Gieben, 1995, p. 1-96.

3  J. Latacz,, Homers Ilias. Gesamtkommentar, I/2 (Erster Gesang, Kommentar), Munich-Leipzig, Saur, 2000

4 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Die Ilias und Homer, Berlin : Weidmannsche Buchhandlung, 1920.

5 Cf aussi plus récemment J. Burgess, The Tradition of the Trojan War in Homer and the Epic Cycle, Baltimore : The John Hopkins University Press, 2001.

6 P. Chantraine, Grammaire Homérique : phonétique et morphologie, Paris : Klincksieck, 1988 [1958], p. 110.

7 J. Wackernagel, Sprachliche untersuchungen zu Homer, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1916

8 E. Tichy, « Hom. ἀνδροτῆτα und die Vorgeschichte des dactylischen Hexameteres », Glotta 59, p. 28-67, 1981.

9 N. Berg, « Parergon metricum : Der Ursprung des griechischen Hexameters. », MSS 37, p. 11-36, 1978.

Top of page

References

Bibliographical reference

Françoise Letoublon, « À propos du vers 6 du chant XXIV de l’Iliade », Syntaktika, 51 | -1, 1-2.

Electronic reference

Françoise Letoublon, « À propos du vers 6 du chant XXIV de l’Iliade », Syntaktika [Online], 51 | 2017, Online since 31 January 2017, connection on 21 October 2017. URL : http://syntaktika.revues.org/244

Top of page
  • Logo HisoMa-Jean Palerme
  • Logo HiSoMa
  • Revues.org