Navigation – Plan du site

Réflexions sur l’expression de l’agent en latin et en grec ancien

Bernard Jacquinod
p. 1-13

Entrées d’index

Mots-clés :

agent, sanscrit, grec, latin
Haut de page

Texte intégral

1Quoi de plus fréquent que la mention d’une action dans le discours ? Dès lors, l’expression de l’agent occupe nécessairement une place prépondérante dans la constitution de la phrase. Or, dans nos grammaires, cette notion capitale est réduite à la portion congrue, qu’il s’agisse du grec ancien, du latin ou des langues indo-européennes vivantes. Peut-être en irait-il autrement si les langues sur lesquelles ont été bâties nos conceptions grammaticales occidentales étaient des langues ergatives. Le caractère non ergatif de toutes les langues indo-européennes a sans doute beaucoup contribué à cette bizarrerie. A cela s’ajoute la méconnaissance à peu totale jusqu’à une époque très récente de la pensée grammaticale indienne. Toujours est-il que la notion d’agent n’apparaît souvent qu’à propos de l’expression de l’agent avec un verbe passif. Les articles sur l’expression de cette notion en latin et en grec sont restés confidentiels, en tout cas n’ont modifié ni nos manuels ni, pour autant que je sache, notre enseignement. Et la réflexion de la sémantique générative moderne n’est pas parvenue à une description globale d’une langue. Je propose ici seulement quelques réflexions sans présupposés théoriques sur l’expression de l’agent en partant du rôle sémantique auquel renvoie ce mot.

1. Quelques remarques générales sur l’expression de l’agent

2Au début de l’Énéide de Virgile, la proposition principale

Arma virumque canō (Virg., En. I,1)

  • 1 Ch.J. Fillmore, «The case for case», in E. Bach – R.T. Harms, Universals in linguistic theory, New- (...)
  • 2 La grammaire de Pāņini (Aṣṭādhyāyī) a été publiée par L. Renou, La grammaire de Pāṇini, École franç (...)
  • 3 L. Tesnière, Éléments de syntaxe structurale, Paris, 1959.

constitue un énoncé complet avec l’action définie par le thème du verbe et la chose réalisée (Objet en structure profonde =Object chez Fillmore 19711 par exemple). Pour tout le monde, l’agent est clair, c’est le locuteur, en l’occurrence le poète lui-même. A quel endroit de la chaîne parlée se situe l’information ? Bien évidemment dans la désinence active de première personne () combinée avec la classe sémantique du verbe. Nos grammaires ne disent pas explicitement que ce –ō est la marque de l’agent. Cette analyse est pourtant très ancienne, elle est vieille de 25 siècles puisqu'elle remonte à Pāṇini2 (sans doute IVe siècle avant J.-C.). Ce dernier, à travers ses sūtra analysait l’énoncé kaṭaṃ karoti « il fabrique une natte » comme contenant la marque de l’Objet (karman) dans la désinence –m et la marque de l’Agent (kart) dans l’ensemble –oti. Plus exactement, la marque –m indique que kaṭam est l’Objet et –oti que l’Agent est une 3e pers. du sg. Si cet énoncé est complet, puisqu’il a tous les actants attendus au sens de Tesnière3, comment rendre compte d’un énoncé comme Devadattaḥ kaṭaṃ karoti « Devadatta fabrique une natte » qui nous semble l’énoncé canonique ? Si kaṭaṃ karoti est un énoncé complet, quel est le rôle du nominatif Devadattaḥ ? Pour nous, dans la traduction française, Devadatta est le sujet avec une interprétation sémantique agentive. Une telle analyse est impossible pour Pāṇini puisque pour lui l’agent est déjà exprimé. Ce nominatif ne peut donc exprimer aucun kāraka, (=rôle sémantique, actant pour Tesnière, « Cas de la structure profonde » pour Fillmore). Le nominatif (prathamā = premier cas : en grammaire sanscrite, les noms des cas ne comporte aucune indication sémantique, ce qui évite bien des égarements) est défini dans l’Aṣādhyāyī (l’ouvrage qui nous transmet l’enseignement de Pāṇini) par le sūtra

2.3.46 prātipadikārthaliṅgaparimāṇavacanamātre prathamā

« Pour le sens du thème nominal, le genre, la mesure et le nombre grammatical, (on emploie) le premier cas »

qui signifie qu’aucun rôle sémantique dans la proposition n’est reconnu au nominatif. Position surprenante pour nous, mais logique et en réalité confortable, loin de la définition de nos grammaires (« Qui est-ce qui fait l’action ? », pour trouver le sujet ou le nominatif), car elle permet d’avoir la même définition dans la tournure passive (et avec les verbes d’état). Elle fait de la forme au nominatif une sorte d’apposition à la désinence verbale.

3En effet, dans le tour passif correspondant

Devadattena kaṭaḥ kriyate

litt. « Par Devadatta la natte est fabriquée »,

c’est la désinence du verbe kriyate qui exprime que l’objet fabriqué est une 3e personne du sg, le nominatif kaaḥ ne faisant qu’ajouter des précisions sur cet objet fabriqué, d’où kaaḥ kriyate Comme cette phrase a le même contenu sémantique que la précédente, il reste un rôle sémantique à exprimer, celui de l’agent. Nous sommes dans le cas prévu par le sūtra (qui se limite à un mot) :

2.3.1. anabhihite

= (si un rôle sémantique) n’a pas été exprimé (autrement)

dont dépendent selon le principe de la récurrence appelé (anuvṛtti en sanscrit) les 70 sūtras suivants qui définissent l’emploi des cas en structure de surface et s’applique alors le sūtra 2.3.18 qui décide que, dans ce cas, c’est le troisième cas, que nous appelons, nous, instrumental, qui est utilisé (Devadattena).

  • 4 A Vedic Grammar for Students, Oxford, 1916, rééd. 1966.

4Ce sūtra 2.3.1 est capital pour la compréhension de la conception de Pāṇini. L’usage des cas pour exprimer le « Cas de la structure profonde » (kāraka) comme celui de l’Agent est résiduel. Ils n’interviennent que si le rôle sémantique n’a pas été exprimé autrement. Nous venons de voir que la désinence l’exprime normalement, mais, pour Pāṇini, c’est aussi le fait du suffixe d’agent (ainsi dans apāṃ sraṣṭā « le créateur des eaux » où le suffixe de sraṣā désigne l’agent) ou du complément du nom d’action au génitif, comme en latin avec metus hostium. D’un point de vue pâninéen, dans l’interprétation « les ennemis craignent », le génitif est un génitif d’agent. Dans notre terminologie traditionnelle, c’est un génitif subjectif, y compris dans nos grammaires du sanscrit, ainsi A.A. McDonnell dans sa grammaire du védique4 qui donne entre autres comme exemple yajñásya sámṛddhyai « pour la réussite du sacrifice » (p. 320). Notre appellation traditionnelle est étrange, elle suppose le primat de l’analyse syntaxique sur l’analyse sémantique et elle admet l’analyse sémantique d’un syntagme par recours à l’analyse syntaxique d’un autre tour. Dans l’acception « les ennemis craignent », le génitif hostium du syntagme nominal metus hostium est déclaré génitif sujectif parce qu’on l’identifie au sujet de la phrase verbale équivallente hostes metuunt, avec renvoi au tour actif. L’acception « les ennemis sont craints » renvoie à la phrase passive hostes metuuntur, mais, pour ne pas parler une seconde fois de géntif subjectif, on fait fictivement la correspondance avec une phrase verbale ayant un syntagme de plus (indéterminé !) : « on craint les ennemis » et on parle alors pour hostium de génitif objectif. Il serait sans doute préférable de dire que dans ce type de complément d’un nom d’action, il y a neutralisation de l’opposition Agent / Objet, ce qui laisse la place à deux interprétations pour ce complément, soit, en termes d’analyse sémantique, l’une comme Agent et l’autre comme Objet.

2. Expression de l’agent avec un verbe passif5

  • 5 Pour le grec, voir E. Schwyzer, Zum persönlichen Agens beim Passiv, besonders in Griechischen, Abha (...)

5Les grammaires du latin et du grec découvrent la notion de l’agent à propos des propositions avec verbe à la forme passive. Tout helléniste débutant a appris que le complément d’agent, du moins en attique classique, s’exprime

  • par la préposition ὑπό accompagnée d’un génitif s’il s’agit d’une personne

  • par le datif s’il s’agit d’une chose, ainsi que lorsque la forme verbale est un parfait.

6Cet état de chose appelle plusieurs remarques.

7La première, c’est la différence avec le français. Dans notre langue, avec un verbe passif, le complément est uniformément introduit avec la préposition par. De alterne parfois avec par, mais seulement en fonction du sémantisme du verbe. Le français abolit donc l’opposition animé / inanimé.

8La seconde est le parallélisme avec le latin. Tout latiniste a appris qu’en latin le complément d’agent est normalement exprimé

  • par ab et l’ablatif si l’agent est une personne

  • par l’ablatif seul si l’« agent » est une chose

  • avec aussi apparition du datif avec un adjectif verbal, une forme en –ndus, avec des participes parfaits passifs, etc.

  • 6 E. Benveniste aujourd’hui, Actes du colloque international du CNRS, Tours, 28-30 septembre 1983 (pu (...)

9Ce parallélisme est trompeur : ὑπό + gén. est différent de ab + abl. Les deux syntagmes n’ont pas du tout la même valeur. Cela a conduit depuis longtemps à une conclusion rappelée par exemple au Congrès Benveniste de Tours en 1983 : le complément d’agent du passif « n’a pas de marque morphologique spécifique. Il n’y a pas de cas ou préposition ou postposition, etc. dont la fonction unique ou principale soit de signaler le complément d’agent. Celui-ci est donc caractérisé par des morphèmes ou procédés qui servent premièrement et le plus souvent à d’autres compléments ». « C’est, continue G. Lazard, à qui j’emprunte cette citation, en un sens, un terme marginal, dont l’expression est empruntée à des termes plus fondamentaux et peut d’ailleurs varier au sein d’une même langue »6.

10La tournure donnée comme la plus fréquente par les grammaires du grec classique contient donc ὑπό + gén. ; ὑπό signifie clairement « sous », correspond au lat. sub et se définit par opposition à uJpevr « sur », « au desssus » = lat super. Parlant des villes dans l’Iliade, Zeus dit

D44 αἱ γὰρ ὑπ᾽ἡελίῳ καὶ οὐρανῷ ἀστερόεντι | ναιετάουσι

« [les villes] qui sont habitées sous le soleil et le ciel étoilé ».

῾Υπό est ici accompagné d’un datif à valeur locative.

Cf. x 533 πέτρ ὕπο γλαφυρῇ εὗδον « dormait sous un rocher creux ».

11Ce complément se retrouve avec des verbes passifs :

E 646 ὑπ᾽ἐμοὶ δμηθέντα « dompté sous moi »

Z 453 ἐν κονίῃσι πέσοιεν ὑπ᾽ἀνδράσι δυσμενέεσσιν

« tomber sous les coups des ennemis ».

12Quelle valeur accorder au génitif avec ὑπό ? Un groupe d’emplois relève d’une valeur ablative :

R 2355 νεκρὸν ὑπ᾽ Αἴαντος ἐρύειν « tirer les cadavres de sous Ajax »

c 364 ὑπὸ θρόνου ὦρτο « il sortit de sous le fauteuil » (valeur locative impossible)

13Mais il est constant en grec ancien que le génitif à valeur partitive alterne avec un autre cas, notamment dans les syntagmes prépositionnels avec le datif locatif :

A 242-3 ὑφ᾽Ἕκτορος ἀνδροφόνοιο / θνῄσκοντες πίπτωσι

R 428 ἐν κονίῃσι πέσοντος ὑφ᾽Ἕκτορος

avec, en alternance, le datif : H 129 πτώσοντας ὑφ᾽Ἕκτορι

14On retrouve ces constructions avec des verbes passifs :

P 434 ὑπὸ Πατρόκλοιο … δαμῆναι

N 98 ὑπὸ Τρώεσσι … δαμῆναι

  • 7 C’est la position de P. Chantraine, Grammaire Homérique, tome II Syntaxe, Paris, 1963, p. 142-3. To (...)

15Une valeur d’origine est exclue (*« de dessous Hector »). C’est donc un partitif à valeur locale7. Le grec s’est servi d’une image originale, celle de celui qui succombe sous. L’agent est présenté comme celui qui écrase, qui domine, impose d’une position supérieure, celui qui fait pression en étant en position dominante.

16En grec classique, ὑπό continue de signifier « sous » (cf. Pl. Ap. 48b τὰ ὑπὸ γῆς) et les cas donnent diverses valeurs :

  • ὑπό + acc. « aller sous »

And. Myst. 133 οὗτοι πάντες οἱ παρασυλλεγέντες ὑπὸ τὴν λεύκην
« ceux qui se réunissent sous le peuplier blanc »)

  • ὑπό + dat. : une position d’infériorité

Xen. Cyr. 8.1.6 οἱ κατὰ τὴν Ἀσίαν ὑπὸ βασιλεῖ ὄντος
« ceux qui en Asie sont sous la dépendance du Grand Roi »

  • ὑπό + gén. : devenu la marque de la pression exercée sur, de l’agent agissant.

17Ce que disent les grammaires, c’est ce qui est le cas le plus général. Mais ce qui caractérise la syntaxe du grec ancien, c’est la souplesse et les possibilités de variations sont nombreuses. Ainsi, au chapitre 2 des Mystères, Andocide utilise-t-il ὑπό + gén. pour une chose avec un passif (avec, plus loin dans la même phrase uJpov + nom de personne) :

And. Myst., 2 οὔθ᾽ὑπὸ τῶν δεσμῶν ἀναγκασθεἰς, … ὑπ τῶν ἐχθρῶν τῶν ἐμῶν διαφθαρέντα

« sans être en prison … perdu par mes ennemis ».

18Ce texte présente aussi ὑπό + gén. avec un parfait passif (78) et avec des verbes morphologiquement actifs, mais de sens passif :

And. Myst. 20 τι παθεῖν ὑπ᾽ἐμο (παθεῖν = passif de ποιεῖν)

And. Myst. 20 ὑπ᾽ ἐμοῦ ἀποθανεῖν (θανεῖν = passif de κτείνειν).

19On trouve aussi ὑπό + génitif avec un nom d’action :

And. Myst. 14 μήνυσις ἐγένετο αὔτη ὑπὸ Ἀνδρομάχου

« Voici la dénonciation d’Andromachos ».

20Donc ὑπό + génitif est la marque la plus fréquente de l’agent avec un passif, mais

  • la forme verbale passive n’est pas nécessaire

  • le syntagme est possible avec un nom de chose et continue d’exister avec sa valeur de simple complément de lieu

  • bien d’autres expressions sont possibles.

21Il est intéressant de noter ce qui se passe à la phrase 20 :

And. Myst. 20 ὑπ᾽ἐμοῦ ἀποθανεῖν, ἢ αὐτῷ σωθέντι ἐμὲ ἀποκτεῖναι

« il périssait de mon fait ; s’il était sauvé, il me tuait » (trad. Dalmeyda).

22La loi athénienne est faite de telle sorte que nécessairement soit l’accusateur soit l’accusé est puni (ici de mort). Andocide, qui a accusé, s’il fonde son accusation, tue son adversaire, d’où ὑπό + génitif, mais s’il a menti, du fait que l’autre est sauvé (αὐτῷ σωθέντι au datif), l’autre le tue.

23Le grec ancien, à la différence du grec moderne, était très riche en prépositions. Plusieurs autres prépositions pouvaient intervenir pour exprimer l’agent, selon la nuance que l’on voulait faire sentir.

24On trouve ἀπό, correspondant au latin ab, et même ἐξ, correspondant au latin ex (Thc., Xén.). Ces prépositions notent par elles-mêmes l’origine et ne se construisent qu’avec le génitif (dans la plupart des dialectes) :

Thc. III, 36,6 ἄλλαι γνῶμαι ἀφ᾽ἐκάστων ἐλέγοντο

« d’autres avis étaient donnés par chacun »

ou

Thc. III, 69, 1 αἱ τεσσαράκοντα νῆες τῶν Πελοποννησίων ἐκ τῶν Ἀθηναίων ἐπιδιωχθεῖσαι

« les 4O vaisseaux des Péloponnésiens poursuivis par les Athéniens ».

25Mais il est également exprimé par παρά + génitif. Paρά indique la proximité :

  • avec datif = « chez »

  • avec accusatif = « le long de, à côté »

  • avec génitif = « d’auprès de » :

Xén., Cyr. 6.1.42 τὰ παρά σοῦ λεγόμενα « Les paroles qui viennent toi » = « dites par toi ».

26Ce génitif, d’un point de vue génétique, est différent du génitif qui accompagne ὑπό. Il s’agit sans aucun doute ici d’un génitif à valeur ablative.

27Même πρό peut figurer dans l’expression de l’agent. Selon le cas qui l’accompagne, on obtient des sens bien différents :

  • + acc. : « vers, contre »

  • + dat. « auprès de, outre »

  • + gén. : « venant de, devant, au nom de ».

28Il y a ainsi avec le génitif (à valeur ablative) une possibilité de noter l’agent :

  • 8 Ἐπί + dat. «sur», d’où «à la suite de», note souvent la cause : And. Myst. 25 Τῶν γὰρ φυγόντων ἐπὶ (...)

Hdt, 1, 61 ἀτιμάζεσθαι πρὸς Πεισιστράτου « être offensé par Pisitrate »8

3. Les divers types d’agent

29Dans ce qui vient d’être évoqué, et qui est en grande partie bien connu, le pluriel désigne une pluralité d’agents conçus sémantiquement comme identiques et traités syntaxiquement de la même façon. Ce qui est beaucoup moins exploré, c’est le cas de deux agents (ou de deux groupes d’agents) de nature différente sémantiquement et/ou syntaxiquement. Dans une grande variété de possibles, il se présente essentiellement deux cas :

  • un agent incitateur fait agir un agent réalisateur

  • un autre agent (un comitatif) fait la même chose que l’agent désigné comme plus central, sans être traité syntaxiquement de la même façon.

3.1. Agent incitateur et agent réalisateur

  • 9 Paris, 1959, p. 207.

30Il est possible d’avoir, sous forme de compléments auprès d’un verbe passif, plusieurs agents différents. Je me contenterai ici d’un exemple, tiré de Cicéron et cité dans la Syntaxe latine d’A. Ernout – F. Thomas9. A propos d’une période troublée, notre avocat interroge l’adversaire :

Cic. Amer. 80 Quid ais ? Vulgo occidebantur ? Per quos et a quibus ?

31Cicéron tient à dégager deux niveaux de responsabilité dans les attentats de cette période :

  • per quos ? « par l’action de qui ? »

  • a quibus ? « sur l’initiative de qui ? ».

32Il oppose ceux qui agissent sur le terrain (per quos ?) et ceux qui agissent dans l’ombre (a quibus ?), les commanditaires. Ces hommes de mains se noient dans la multitude des sicaires dont il est question à deux reprises dans ce paragraphe 80. Ils sont guidés par des patrons, que l’on appelle en latin des auctor. L’auctor, c’est la source, l’origine ; et pas nécessairement comme dans le français auteur un réalisateur. On le voit très bien lors de l’incendie de Rome sous Néron. Selon Tacite (A., XV, 28), certains jetaient des brandons et criaient qu’ils avaient un auctor (esse sibi auctorem vociferebantur) : ils sont couverts, ils sont commandités. En latin, les instigateurs sont introduits par un syntagme prépositionnel qui est donné comme le syntagme habituel pour l’agent. C’est que l’agent est habituellement désigné en latin comme la source de l’action. Il faut donc une nouvelle expression pour l’agent réalisateur.

33Sur ce point, l’évolution est intéressante. Dans l’I.E tel que nous le reconstruisons, il y a toujours une seule forme casuelle à laquelle nous donnons le nom d’« instrumental » pour exprimer trois notions :

  • celle de moyen utilisé « marcher avec une canne »

  • celle d’accompagnement « marcher avec un ami »

  • celle de perlatif « marcher à travers une région ».

34Le latin connaît deux tendances contraires :

  • il fournit une seule désinence pour tous les compléments circonstanciels, d’où un cas dit « ablatif » qui exprime les valeurs d’ablatif, de locatif et d’instrumental pour lesquelles le sanscrit a trois cas distincts

  • en revanche il distingue par des prépositions non seulement ce que le sanscrit distingue par des désinences, mais encore des valeurs que l’I.E. confondait (tendance à distinguer le comitatif de l’instrumental avec la préposition cum).

35Pour les valeurs relevant de l’instrumental, et en s’en tenant aux emplois non marqués et non figés :

  • le complément de moyen est le seul à être exprimé par la seule désinence d’ablatif.

  • le comitatif tend à être exprimé par le morphème discontinu /cum … abl./, à l’exception d’expressions militaires et du sociatif interne,

  • le perlatif tend à être exprimé par le morphème discontinu /per … acc./ :

Caes. B.G., 1,7,1 per provinciam nostram iter facere.

36Le perlatif a servi à exprimer l’agent intermédiaire :

Caes, B.G. 1,12,2 per exploratores certior factus.

37Cet agent peut se trouver avec un verbe actif :

Cic. Amer. 112 per alium transigam

« J’obtiendrai cette transaction par un autre ».

38Le latin classique se situe à une époque de transition où per et l’acc., renouvellement du perlatif exprimé par le seul cas instrumental, commence à exprimer l’agent intermédiaire, s’oppose à ab + abl. marquant l’agent ayant eu la volonté initiale. (dans per exploratores certior factus, c’est César qui est l’auctor, l’ordre émane de lui) et où per + acc. n’a pas encore remplacé l’expression de l’agent instigateur par ab + abl., comme ce sera le cas en français avec la préposition par.

  • 10 Le hetu est de façon surprenante passé sous silence par P. Haag, «La grammaire de Pāṇini» dans Lali (...)

39Ce passage de Cicéron contient à l’évidence deux types d’agent. Mais nos grammaires classiques, qui n’accordent qu’un petit rôle à la notion d’agent, ne songent pas à développer ce point. C’est pourtant ce qu’avait fait Pāṇini, qui reconnaît, en structure profonde, sept Cas seulement pour tous les rôles sémantiques, et qui, à côté de l’agent simple (kartṛ), identifie le hetu, soit l’agent causatif (ou incitateur) au sūtra 1.4.5510. Dans notre exemple, per quos ? renvoie aux kartṛ (ceux qui tuent) et a quibus ? aux hetu (ceux qui font tuer). Je voudrais maintenant utiliser cette notion de hetu dans un type de double acc., celui que l’on a par exemple avec les verbes « enseigner ».

3.2. Les agents dans le double acc. avec les verbes « enseigner »11

  • 11 Cette partie est largement reprise de B. Jacquinod, Le double accusatif en grec, d'Homère à la fin (...)
  • 12 Tesnière, Éléments, p. 261.
  • 13 J.-Cl. Chevalier, Cl. Blanche-Benveniste, M. Arrivé, J. Peytard, Paris 1964.

40Le mécanisme causatif se caractérise par l’adjonction d’un actant par rapport à la construction non causative. Cette définition n’est pas suffisante, ce nouvel actant doit occuper la place de sujet et reléguer en position de complément le sujet de la proposition non causative. La chose est bien connue et Tesnière le dit fort clairement en illustrant son propos par le couple apprendre / faire apprendre12. On s’étonnera d’autant plus de constater que cette redistribution, quoique fondamentale et évidente, soit oubliée par les auteurs de la Grammaire Larousse du français contemporain, linguistes confirmés13, qui prennent aussi l’exemple de apprendre / faire apprendre. Ils écrivent ceci :

41« Avec des verbes de construction transitive, l’emploi de FAIRE enrichit le verbe d’un complément supplémentaire :

Paul apprend sa leçon

APPRENDRE n’admet qu’un complément

Je fais apprendre sa leçon à Paul

FAIRE APPRENDRE admet deux compléments ».

42Laissons de côté le choix pour le moins discutable d’« apprendre » comme verbe n’admettant qu’un complément. Les deux phrases de la Grammaire illustrent bien le mécanisme causatif, mais le commentaire est erroné, car ce qu’il y a en plus dans la seconde phrase, d’un point de vue génératif, c’est je, et non pas Paul. Donc un critère sûr pour déceler une construction causative, c’est de rapprocher deux phrases décrivant le même procès et de constater la présence, non d’un complément supplémentaire, mais d’un nouvel agent, un agent incitateur.

43Ce que la Grammaire Larousse dit de faire apprendre, je soutiens qu’on peut le dire du verbe apprendre seul :

  1. Les enfants apprennent la grammaire

  2. Le maître apprend la grammaire aux enfants.

avec le verbe apprendre qui reçoit tantôt la construction simple, tantôt la construction causative.

44Que trouve-t-on en latin ?

  1. Pueri grammaticam discunt

  2. Magister pueros grammaticam docet,

  • 14 J’ai retrouvé cette idée chez J. Lyons, dans un ouvrage de 1968 (Introduction to theoretical Lingui (...)

avec doceō qui fonctionne comme causatif de discō14

45En grec, nous trouvons un couple simple et causatif dans le tout petit Hymne à Héphaistos (composé de 8 vers seulement) des Hymnes homériques :

Ἥφαιστον κλυτόμητιν ἀείδεο, Μοῦσα λίγεα.
ὃς μετ᾽Ἀθηναίης γλαυκώπιδος ἀγλαὰ ἔργα
ἀνθρώπους ἐδίδαξεν ἐπὶ χθονός, οἳ τὸ πάρος περ
ἄντροις ναιετάασκον ἐν οὔρεσιν, ἠύτε θῆρες.
νῦν δὲ δι᾽Ἥφαιστον κλυτοτέχνην ἔργα δαέντες 5

ῥηιδίως αἰῶνα τελεσφόρον εἰς ἐνιαυτὸν
εὔκηλοι δ᾽ἄγουσιν ἐνὶ σφετέροισι δόμοισιν.
Ἀλλ᾽ἵληθ᾽, Ἥφαιστε. δίδου ἀρετήν τε καὶ ὄλβον.

« Muse harmonieuse, chante l’illustre intelligence d’Héphaistos qui, avec Athéna aux yeux pers, apprit les nobles travaux aux hommes de la terre, tandis qu’auparavant ils habitaient des antres dans les montagnes, comme les bêtes sauvages. Maintenant au contraire, instruits au travail grâce à Héphaistos, l’illustre artisan, ils mènent une vie tranquille tout au long de l’année, dans des maisons qui sont leur œuvre.
Ah ! sois nous propice, Héphaistos ! Donne-nous talent et richesse. » (trad. J. Humbert)

46Nous lisons aux vers 2-3 (en laissant provisoirement de côté μετ᾽Ἀθηναίης) ὃς ( =Ἥφαιστος) ἀγλαὰ ἔργα ἀνθρώπους ἐδίδαξεν « qui enseigna aux hommes les nobles travaux ». La même idée sous une syntaxe non causative est exprimée au vers 5, cette fois avec les hommes comme sujet : ἔργα δαέντες « les hommes ayant appris les travaux ». Notons au passage que le syntagme nominal qui précède δι᾽Ἥφαιστον « grâce à Héphaistos » et qui reprend le personnage qui était sujet dans la version causative, est ici exprimé par un syntagme prépositionnel, avec la préposition δία qui est l’équivalent sémantique du latin per que nous avions dans per quos ? Nous avons donc

  1. ἄνθρωποι ἔργα δαέντες

  2. Ἥφαιστος ἀγλαὰ ἔργα ἀνθρώπους ἐδίδαξεν

47Ce qu’il y a de commun dans les expresssions causatives du latin et du grec, c’est le double acc. Celui-ci est donc lié, pour parler comme Pāṇini, à la réorganisation de la proposition pour introduire un hetu en plus du kartṛ.

48C’est avec les verbes signifiant « enseigner » qu’on rencontre le double acc. dans le plus grand nombre de langues I.E. La construction est attestée en lituanien avec mokìnti, en lette avec mācît, mais elle ordinairement évitée. Peu attestée en slave, le tour est usuel en serbo-croate avec ùčiti et pítati ; il alterne avec le tour qui a le datif de la chose apprise. En germanique, le double acc. est connu depuis l’époque ancienne, en got. par exemple (avec laisjan) jusqu’à nos jours (lehren). Il est bien connu en indo-iranien, tant en avestique (kaēš, sāh) qu’en sanscrit (anušāsti, adyāpyayati) à côté du tour avec le locatif de la chose apprise. Et chacun sait qu’en latin le verbe qui, par excellence, est construit avec le double acc., c’est le verbe docēre « enseigner ». En latin tardif, le double acc. est étendu à erudīre, instruere, instituere :

Commodien, Instr. 1,1,9 ignaros instruo verum.

  • 15 Cf. B. Jacquinod, Le double accusatif …, p. 199-202, par exemple avec le futur πίσω de πιπίσκω, cau (...)

49Comment décrire ce double acc . ? Un double acc. est toujours embarrassant. Certains partent de « enseigner quelqu’un » et font de l’acc. de la chose une expansion (acc. de relation). D’autres font le contraire, ainsi Kühner-Gerth ; la raison est trouvée en allemand, langue dans laquelle διδάσκω τὴν μουσικήν σε se traduit par ich musiklehre sich, avec un verbe composé qui contient en premier élément la chose enseignée. Les meilleures syntaxes en français du latin et du grec voient dans le double acc. l’addition de deux tours simples, j’enseigne quelque chose + j’enseigne quelqu’un. Mais il est de mauvaise méthode de décrire une construction complexe par simple addition à partir de deux tours simples. En français, la double possibilité de dire je perce un mur et je perce un trou n’entraîne pas la possibilité d’une double transitivité : * je perce un mur un trou est complètement agrammatical. Ces descriptions sont sans fondement et sans intérêt. Elles passent à côté de l’essentiel qui s’entrevoit dès qu’on considère le contenu sémantique des constructions, par exemple si l’on analyse la différence des rôles sémantiques dans les couples a) et b) ci-dessus. Doceō, qui fonctionne comme causatif de discō, permet d’introduire en position de sujet un agent incitateur en conservant l’agent incité, mais à l’accusatif. On se trouve dans un ensemble connu de doubles accusatifs avec des verbes causatifs15.

3.3. L’instrumental « désubjectif »

  • 16 J. Haudry, «L’instrumental et la structure de la phrase simple en indo-européen», B.S.L. 65 (1970), (...)
  • 17 «Le problème du classement des cas (1949)», Esquisses linguistiques, Wroclaw, 1960, p. 138-9.

50L’adjonction d’un agent incité peut se réaliser avec ce qu’Haudry a appelé « un instrumental désubjectif »16. Haudry montre que l’instrumental que Kuryłowicz17 place parmi les cas concrets par opposition aux cas grammaticaux, a eu anciennement des fonctions très centrales, pour parler toujours comme Kuryłowicz. L’instrumental était susceptible d’introduire un second prédicat, un second objet ou, et c’est ce qui nous intéresse ici, un second « sujet ». Il faudrait plutôt parler d’un second agent. En latin, l’instrumental revêt morphologiquement une forme que l’on appelle ablatif. Pour Haudry, la phrase Caesar legione … murum fossamque perducit (B.G. 1,8, 1) « César, avec une légion, construit un mur et un fossé » est la somme de

a) Caesar murum fossamque perducit

et de b) Legio (Caesaris) murum fossamque perducit.

51Legione introduit donc dans la proposition un agent incité, qui pourrait servir éventuellement de sujet à perducit en l’absence du sujet incitateur (Caesar). Dans la perspective d’une explication par une addition de a) et de b), on est conduit à dire qu’est mis à l’instrumental en sanscrit et par conséquent à l’ablatif en latin celui des deux sujets qui est susceptible de recevoir comme complément au génitif l’autre sujet possible : on dit legio Caesaris, mais non *Caesar legionis.

52Il importe de distinguer ce tour du double acc. avec les verbes « enseigner », pour lequel nous avons aussi parlé de l’introduction d’un nouvel agent. Mais il y a une différence :

Magister pueros grammaticam docet implique Magister grammaticam docet
mais non Pueri grammaticam docent.
et, symétriquement, toujours au niveau du contenu sémantique,
implique Pueri grammaticam discunt
mais ne contient
pas Magister grammaticam discit.

53Une autre différence apparaît dans la transformation passive. Dans la phrase de César Caesar legione … murum fossamque perducit, c’est la chose qui devient sujet du passif (Murus fossaque perducuntur) et non l’agent (*Legio perdicitur murum). Or dans le cas du double acc. avec les verbes « enseigner », c’est l’agent à l’acc., à l’exclusion de la chose à l’acc., qui devient le sujet : Pueri grammaticam docentur.

54Il se dégage de ces remarques que la notion d’agent utilisée ici, loin d’être simple, est fortement polysémique et que des critères syntaxiques permettent d’introduire des différenciations sémantiques.

3.4. Comitatif et agent

55Il convient maintenant de revenir à l’Hymne homérique à Héphaïstos, plus précisément à ce que nous avons laissé de côté en 3-2, c’est-à-dire le syntagme avec μετά :

1-3 Ἥφαιστονὃς μετ᾽Ἀθηναίηςἀγλαὰ ἔργα ἀνθρώπους ἐδίδαξεν

« Héphaïstos qui, avec Athéna, enseigna aux hommes les nobles travaux ».

  • 18 . J. Humbert, Syntaxe grecque, p. 288. Il est à noter que μετά et le génitif est traduit par un ins (...)

56Quel est le rôle ici du syntagme μετ᾽Ἀθηναίης ? Il sert à l’évidence à introduire un second agent incitateur avec le même rôle sémantique qu’Héphaistos. Il correspond à ce qu’Haudry a appelé dans d’autres langues un « instrumental désubjectif », dont il y a des exemples à l’instrumental en sanscrit, à l’ablatif en latin et au datif en grec. Mais ces dernières constructions connaissent une limitation à la langue militaire en grec (dativus navalis) et en latin. Nous sommes ici dans une évolution bien connue du grec ; « quand le datif a été atteint morphologiquement, (le grec) a recouru à la périphrase à l’aide de μετά, c’est-à-dire à une préposition de sens comitatif, pour exprimer l’accompagnement et l’instrumental tout à la fois »18.

  • 19 . Citations extraites de Grevisse, Le bon usage, § 817. Cet accord ne se limite pas aux cas où les (...)

57Il est intéressant de rapprocher ce μετά avec la préposition française « avec », qui marque aussi bien le moyen que l’accompagnement. Un fait français vient à l’appui de notre analyse. Lorsque « avec » introduit un « désubjectif », cette valeur particulière est parfois si bien sentie que le verbe s’accorde aussi avec ce complément, comme s’il s’agissait d’un second sujet subordonné. Ce fait se trouve à l’époque classique dans La Fontaine, IX, 3 : « Le singe avec le léopard/ gagnaient de l’argent à la foire », et, plus proche de nous, dans cette phrase de Flaubert : « Le murmure des sources avec le hennissement des licornes se mêlent à leurs voix »19.

58Mais une confirmation se trouve en grec archaïque même, puisque chez Homère nous trouvons ces deux mêmes divinités sujets coordonnés d’un verbe « enseigner » construit avec un double acc. :

z233-4 ὃν (un artiste) Ἥφαιστος δέδαεν καὶ Παλλὰς … Ἀθήνη … τέχνην παντοίην.

59Nous avons donc au début de l’Hymne à Héphaïstos trois agents, un agent incitateur sujet, un second agent incitateur introduit par μετά et un agent incité à l’accusatif. Mais ce second agent incitateur n’est pas de même nature que le legione de César, qui est un agent simple et qui ne pourrait être coordonné à Caesar, comme Athéna l’est à Héphaistos. * Caesar et legio … perducunt est impossible. Legione serait finalement plus proche du pueros du double acc. classique, mais nous avons vu en 3.3 les différences. Il y a donc là un vaste domaine avec des agents qui prennent diverses formes syntaxiques et dont il faudrait faire une étude sémantique approfondie.

4. En guise de conclusion

60De ces quelques réflexions sans aucune prétention théorique, il se dégage deux choses :

  • la notion d’agent n’occupe pas dans nos grammaires la place qu’elle mérite du fait de sa réalité dans la langue.

  • cette notion est très riche et mérite d’être analysée et subdivisée. La distinction introduite ici entre agent incité et agent incitateur est loin de recouvrir tout le domaine. Il faudrait arriver à une nomenclature qui permettrait, entre autres choses, de distinguer la fonction sémantique de Pierre dans chacune des constructions de la locution causative faire dire dans les deux exemples suivants :

- Il fait dire à Pierre le contraire de ce qu’il a réellement écrit

- Il me fait dire par Pierre qu’il va m’écrire,

ainsi que celle des chiens dans ces deux autres exemples avec encore locution causative et même jeu sur les prépositions par / à, mais avec une différenciation sémantique toute autre :

Je le fais manger à mes chiens
Je le fais manger par mes chiens.

Haut de page

Notes

1 Ch.J. Fillmore, «The case for case», in E. Bach – R.T. Harms, Universals in linguistic theory, New-york, 1968, p. 1-88, utilise Factitif pour la chose effectuée et, en gros, Objectif pour la chose affectée. En 1971, dans « Types of lexical information », Semantics, éd. Steinberg – Jacobovitz, p. 376, il utilise Result à la place de Factitif et Object pour Objectif. Pour s’en tenir aux premières réflexions sur la grammaire des cas, citons encore J.M. Anderson, The Grammar of Case : Towards a localistic Theory, Cambridge, 1971. Pour des réflexions anciennes, voir aussi La grammaire des cas, J.M. Anderson, F. Dubois-Charlier, Languages, n° 38, juin 1975. Il est impossible ne serait-ce que d’évoquer toute la bibliographie ultérieure sur le sujet.

2 La grammaire de Pāņini (Aṣṭādhyāyī) a été publiée par L. Renou, La grammaire de Pāṇini, École française d’Extrême-Orient, 1966. Il existe bien sûr des publications avec traduction anglaise, comme S. D. Joshi – J.A.F. Roobergen 1991 ou R.N. Sharma, 1990-2003 .

3 L. Tesnière, Éléments de syntaxe structurale, Paris, 1959.

4 A Vedic Grammar for Students, Oxford, 1916, rééd. 1966.

5 Pour le grec, voir E. Schwyzer, Zum persönlichen Agens beim Passiv, besonders in Griechischen, Abhandlungen der Prußischen Akademie der Wissenschaften, Berlin, 1943, p. 1-72.

6 E. Benveniste aujourd’hui, Actes du colloque international du CNRS, Tours, 28-30 septembre 1983 (publiés dans la Bibliothèque de l’Information grammaticale par G. Serbat et J. Taillardat, Paris, 1984). A l’opposé, S. W. Jamisson, « The case of the agent in Indo-European », Die Sprache, 25,2, 1979, p. 130-143 soutient qu’il y a eu une expression indo-européenne de l’agent par l’instrumental, sans éliminer la possibilité de variantes en fonction des verbes. Il rejette l’idée d’un génitif indo-européen d’agent. A. Green, quant à lui, proposait en proto-indo-européen, deux cas concurrents pour l’expression de l’agent, le datif et l’instrumental (The Dative of Agency, New-york, 1913, 119 p.). Deux positions entre bien d’autres sur le sujet.

7 C’est la position de P. Chantraine, Grammaire Homérique, tome II Syntaxe, Paris, 1963, p. 142-3. Toutefois R. Kühner – B. Gerth s’en tenaient à un génitif à valeur ablative, II, 1, p. 522. Mais l’idée d’un génitif partitif est acceptée dans E. Schwyzer – A. Debrunner, Griechische Grammatik, II, Munich, p. 527-530.

8 Ἐπί + dat. «sur», d’où «à la suite de», note souvent la cause : And. Myst. 25 Τῶν γὰρ φυγόντων ἐπὶ τοῖς μυστηροῖς «Parmi ceux qui fuyaient à cause des mystères».

9 Paris, 1959, p. 207.

10 Le hetu est de façon surprenante passé sous silence par P. Haag, «La grammaire de Pāṇini» dans Lalies 30 (1910), p. 88-90, où il n’est indiqué que six kāraka. On attendrait qu’il prenne position sur le sūtra 1.4.55 tatprayojako hetuś ca. P. Kiparsky – J.F. Staal, «Syntactic and semantic relations in Pāṇini», Foundations of Languague 5 (1969), p. 97-98, voient dans le hetu un septième kāraka : «Sūtra 1.4.55 defines hetu as that which prompts the kartṛ̥ (…). This is basically expressed by the causative.» (p. 97). Beaucoup plus anciennement, on lit dans L. Renou, «Les connexions entre le rituel et la grammaire sanscrite (1941-2)» : «Hetu «cause » est aussi un kāraka : c’est l’incitation à agir transcrite grammaticalemnt par le causatif», p. 465 dans J.F. Staal, A reader on the Sanskrit Grammarians, M.I.T. Press, Cambridge, 1992. Dans un article dont la photocopie m’a été envoyée comme étant sans date connue (mais l’auteure m’a aimablement indiqué par mail que cette parution est de 1964), R. Rocher («The technical term hetu in Pāṇini’s Aṣādhyāyī», Vishveshvaranand Indological Journal 2, p. 31-40) discute la notion de hetu finalement peu utilisée dans l’Aṣādhyāyī et écrit néanmoins en conclusion : «As it was the case with regard to the other kārakas enumerated in this pāda, sūtra 1.4.55 may be considered to contain the definition of the last one in the series, hetu» (p. 40). Ce kāraka est attendu dans la description d’une langue qui connaît une conjugaison causative complète à côté de la conjugaison «active» et de la conjugaison «passive». Dans Devadattaḥ kaṭaṃ karoti «Devadatta fabrique une natte», Devadatta tisse une natte et la désinence –oti exprime qu’il y a un kartṛ̥. Dans Devadattaḥ kaṭaṃ kārayati «Devadatta fait fabriquer une natte», Devadatta ne tisse rien et la désinence verbale exprime la présence d’un hetu, qu’on ne peut confondre avec un kartṛ̥. Or, comme l’écrit L. Renou, «Les formes du causatif sont extrêmement productives à toute époque (Grammaire sanscrite, Paris, 1975, p. 471).

11 Cette partie est largement reprise de B. Jacquinod, Le double accusatif en grec, d'Homère à la fin du Ve siècle avant J. C., Louvain (BCILL, n° 50), 1989, p. 185-194.

12 Tesnière, Éléments, p. 261.

13 J.-Cl. Chevalier, Cl. Blanche-Benveniste, M. Arrivé, J. Peytard, Paris 1964.

14 J’ai retrouvé cette idée chez J. Lyons, dans un ouvrage de 1968 (Introduction to theoretical Linguistics). L’idée d’avoir un couple simple / causatif dans un couple de verbes de racines différentes est ancienne. On la trouve dans un ouvrage de John Wilkins, An essay towards a Real Character and a Philosophical Language qui parut à Londres en 1668. Il y analysait déjà to kill en to cause to die. Mais ces conceptions l’empêchaient de reconnaître dans le couple to learn / to teach un couple simple / causatif. Aveuglé par ses préjugés, il ne voit dans la relation maître / élève qu’une différence hiérarchique du type maître / domestique. Ce dernier ouvrage ne semble pas avoir eu de postérité, à la différence de l’affirmation de J. Lyons qui a provoqué une cascade de réactions.

15 Cf. B. Jacquinod, Le double accusatif …, p. 199-202, par exemple avec le futur πίσω de πιπίσκω, causatif par rapport à l’autre futur πίομαι et construit avec un double acc. en Pind. I. VI, 74 Πίσω σφε Δίρκας ἁγνὸν ὕδωρ «Je leur ferai boire la pure eau de Dircé». Et le double acc. se trouve en sanscrit précisément avec une forme causative d’un verbe boire : R̥g Veda 2, 37, 6 devā́n pāyayā havíḥ « fais boire l’offrande aux dieux» (exemple cité par A.A. McDonell, A Vedic Grammar for students, Oxford, 1916 (réimpr. 1966), sous cette description du double acc. « to express the agent with causative verbes beside the acc. which would be taken by the simple verb also », p. 305).

16 J. Haudry, «L’instrumental et la structure de la phrase simple en indo-européen», B.S.L. 65 (1970), p. 44-84.

17 «Le problème du classement des cas (1949)», Esquisses linguistiques, Wroclaw, 1960, p. 138-9.

18 . J. Humbert, Syntaxe grecque, p. 288. Il est à noter que μετά et le génitif est traduit par un instrumental dans le Nouveau Testament en arménien (Haudry, Instrumental, p. 50).

19 . Citations extraites de Grevisse, Le bon usage, § 817. Cet accord ne se limite pas aux cas où les 3es personnes du singulier et du pluriel du verbe sont homophones. Voir Mérimée : «La chaloupe avec un canot seulement se trouvèrent en état de service». Dans sa dixième édition, Grevisse ajoute de nouveaux exemples beaucoup plus audacieux, dont J. Green : «Une vieille dame appuyée au bras d’un collégien passèrent lentement devant eux».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Jacquinod, « Réflexions sur l’expression de l’agent en latin et en grec ancien », Syntaktika, 45 | 2013, 1-13.

Référence électronique

Bernard Jacquinod, « Réflexions sur l’expression de l’agent en latin et en grec ancien », Syntaktika [En ligne], 45 | 2013, mis en ligne le 27 octobre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://syntaktika.revues.org/166

Haut de page

Auteur

Bernard Jacquinod

Professeur émérite
Université de Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo HisoMa-Jean Palerme
  • Logo HiSoMa
  • Revues.org